Un investissement pour les pouvoirs publics

Les associations ont besoin de pouvoir accéder gratuitement à des informations, des conseils, un accompagnement pour les guider tout au long de leur vie associative.

Mais ce n’est parce que le service est gratuit qu’il ne représente pas un coût et un investissement pour les acteurs qui les portent.

Un service gratuit pour être accessible à tous...


Garantir l’accès gratuit à toutes les associations à un service d’appui performant, c’est un engagement nécessaire. Les associations n’ont pas toutes la même taille, les mêmes ressources, les mêmes besoins. Mais toutes rencontrent au cours de leur vie associative des moments où elles ont des questions ou des doutes. Il faut donc leur permettre de trouver des réponses et un appui adaptés sans que l’aspect financier soit un frein ou un problème de plus à gérer.

... mais qui doit être financé pour être solide


L’appui à la vie associative a un coût et celui-ci ne doit peser ni sur les associations qui en bénéficient ni sur les acteurs qui le portent. Pour que ces services puissent exister, se développer et s’adresser à tous, il faut permettre aux acteurs qui les portent d’être soutenus pour ce qu’ils font. Sécuriser leur économie est donc essentiel pour qu’ils poursuivent leur mission, dans la durée et avec qualité.

Les données

En France, le coût total pour un employeur pour un salaire médian de 27 500 € bruts est de 36 378 €.

Au 1er janvier 2021, il y a 1253 EPCI en France, 332 arrondissements pour 101 départements :

  • 3 structures "Accompagnement", soit 1 par arrondissement
  • 8 structures "Information", soit 1 par médiane entre arrondissements et EPCI
  • 20 structures "Prescription, orientation", soit entre 2 et 3 par structure "Information"

Le coût estimé de la fonction d'appui


Processus de travail et réalisations

Améliorer l’économie globale de l’appui à la vie associative

Qualifier et analyser le modèle socio-économique de la fonction d’appui

Objectifs de l'expérimentation

Penser le financement de l’écosystème complet d’accompagnement :

  • identifier le financement socle minimal nécessaire pour qu’il fonctionne et remplisse les missions attendues
  • qualifier le besoin de financement de ces missions : analyser ce qui est déjà financé, et ce qui ne l’est pas
  • repérer les sources de financement mobilisables et bâtir des stratégies de mobilisation de ces financements

Méthodologie

  • collecte des données et informations concernant les acteurs de l’appui dans les 3 régions expérimentatrices grâce au questionnaire d’état des lieux
  • travail monographique sur une typologie de structures représentatives
  • analyse croisée entre existant et idéal pertinent

Productions et résultats

[À venir]

  • Le schéma de l’économie de l’appui à la vie associative
  • Les monographies

Télécharger les productions [à venir]

Apporter un financement socle

Des besoins financiers estimés à 10,8M€ par an

Subventions

  • 7164 € x 332 structures « Information »
  • 20 836 € x 200 structures « Accompagnement »
  • 16 836 € x 100 animateurs départementaux
  • 13 836 € x 13 animateurs régionaux

TOTAL = 10 837 712 €

Évaluer les coûts évités par le nouveau parcours d'appui

Une meilleure mise en réseau et complémentarité entre les acteurs doit permettre de

  • réduire le non-recours des associations et prévenir davantage leurs difficultés
  • diminuer le nombre de « portes » auxquelles les associations doivent frapper avant de pouvoir trouver la réponse adaptée à leurs besoins
  • augmenter l’efficacité de l’accompagnement délivré

Investir dans l'appui pour gagner en efficience

  • faire gagner du temps aux associations afin qu’elles se consacrent à leurs projets
  • mieux maîtriser les démarches administratives liées à la vie associative et réduire les temps de traitement