Des partenariats élargis

L’appui des associations est l’affaire de tous : institutions, professionnels de l’accompagnement, pairs et forces vives bénévoles.

Elle nécessite la mutualisation de moyens financiers, techniques, la mutualisation des savoirs et l’engagement de toutes les parties prenantes sur le temps long. Ces ingrédients constituent une garantie de stabilité, d’adaptabilité, d’efficacité et de proximité que réclament tant les acteurs associatifs.

Une animation des réseaux "made in local"...


Pour être au plus près des préoccupations des associations, il convient d’avoir une gouvernance agile au plus proche des réalités territoriales (économiques, sociales et associatives). Elle nécessite l’union des forces vives du territoire : vives car compétentes, vives car pro-actives, vives car animées, vives car collectives et locales. L’animation du réseau s’articule autour du délégué à la vie associative, nommé par le préfet et chargé du développement des politiques « vie associative » de l’État sur le territoire :

  • il co-anime le réseau avec un ou plusieurs acteurs associatifs. Ce duo permet de mieux comprendre et répondre aux besoins des associations
  • il anime, accompagne et valorise le réseau territorial de l’appui associatif labellisé par l’État

... qui inclut les acteurs dans le pilotage


L’animation du réseau se double d’un pilotage stratégique incluant tous les acteurs de l’accompagnement du territoire. L’échange régulier au sein de la gouvernance facilite l’interconnaissance des dispositifs et des acteurs pour un accompagnement associatif plus qualitatif.

Les associations doivent pouvoir identifier des repères stables et durables. L’inclusion des acteurs au pilotage doit concourir à la consolidation d’un modèle efficient et soutenable. À tout moment, un problème rencontré et remonté par un acteur doit amener à une réponse.


Processus de travail et réalisations

Mettre en place une gouvernance élargie

Dépasser le temps court et investir pour aujourd'hui et demain

Penser une gouvernance soutenable et efficace tant dans la verticalité (vers et pour le monde associatif et ses dirigeants) que l’horizontalité (orientations et stratégie partagée avec les acteurs nationaux, régionaux et locaux de l’accompagnement)

La comitologie mise en place pour l’expérimentation témoigne de l’engagement des parties prenantes et de la volonté de coopérer ensemble.

Les régions préfiguratrices co-pilotent l’ensemble des travaux de l’expérimentation en lien avec le ministère et les Mouvements associatifs (national et régionaux).

Pour mener à bien ces travaux, ils s’appuient aussi sur les co-animateurs départementaux afin de bénéficier de leur expertise locale.

Les travaux sont menés dans le cadre de groupes de travail nationaux portant sur chaque chantier identifié.

Les résultats sont relayés au comité de suivi national qui se réunit 1 fois par trimestre. Ce dernier permet de faire des préconisations de développement ou d’articulation avec d’autres thématiques ou d’autres secteurs.

Les gouvernances locales peuvent ainsi bénéficier des avancées faites aux autres échelons et réussir à mieux articuler les dispositifs existants pour un appui plus complet au monde associatif.

Additionner les expertises locales pour créer une dynamique vertueuse

Par leur adhésion au réseau d’accompagnement, chaque acteur contribue à la construction d’un réseau partagé, à la mise en œuvre d’un service de proximité de qualité en faveur de la cohésion sociale, l’emploi, l’animation locale et le développement d’une société de l’engagement.

Les plus-values sont multiples :

Pour les acteurs de l'appui aux associations

  • une meilleure connaissance des acteurs, leurs besoins, compétences et complémentarités
  • un réseau actualisé, outillé et animé pour former une communauté apprenante

Pour les institutions

  • une meilleure observation de la vie associative locale, de ses problématiques de pérennisation et de sa capacité créatrice
  • une stratégie partagée par la convergence des intérêts pour soutenir de manière durable la vie associative

Les réseaux territoriaux créés coopèrent de manière continue à leur niveau (et en lien avec l’échelon régional) à la dynamique la plus équilibrée, adaptée, partagée, de manière non concurrentielle, respectant les périmètres et compétences de chacun.